Vous pensiez qu’il était gentil ou un peu trop perfectionniste. C’est faux. C’est pervers narcissique dont la capacité à harceler n’a d’égal que sa persistance à couper les jambes des autres. Il existe sept antidotes qui ne utralisent sa toxicité.

Avant de penser à Parade, résumons ce que vous souffrez de ce triste personnage : des compliments à double tranchant, des sautes d’humeur, des reproches injustes, des taquineries passives-agressives en public, des comportements hyper-compétitifs, du piratage d’idées, un travail constant qui sape la compétence et la motivation, des objectifs inaccessibles, le tout sur fond de pluie de relations en Ecosse. Rappelez-vous que les NP (pervers narcissiques) peuvent être aussi bien des collègues que des patrons. Il peut être plus difficile de renoncer à un emploi qu’à un conjoint, c’est donc une bonne idée d’avoir quelques règles de base en place pour limiter ses effets négatifs – conseil de la psychologue américaine Stephanie Serkis.

1- Faites-le écrire

Même si vous recevez des instructions à l’oral, demandez-lui de vous les mettre par écrit et de vous les envoyer. Vous pouvez aussi faire un récapitulatif de ses consignes et les lui envoyer par mail pour qu’il les valide ou les modifie. Cette « preuve » vous permettra de le confondre en cas de reproches et d’accusations non fondées.

2- Evitez le conflit à tout prix

Il cherche à vous démotiver ou à vous faire sortir de vos gonds pour jouir du pouvoir qu’il a sur vous. Les PN sont très doués pour repérer les failles de l’autre et pour appuyer là où ça fait mal. Dites-vous que vous ne sortirez jamais gagnant d’une confrontation avec lui. Et plus vous serez honnête et sincère, mieux il vous manipulera et finira par vous faire exploser. Ne cédez jamais à aucune de ses provocations.

Pour aller plus loin

3- N’en faites jamais une affaire personnelle

D’accord, c’est vous qu’il titille, vous à qui il fait des reproches ou dont il se moque. Mais gardez à l’esprit que c’est lui qui a un problème et pas vous. Le PN projette son insécurité intérieure, il veut que vous soyez dans le même état que lui. Il cherche aussi à attirer l’attention, à créer des liens de dépendance, car il est profondément dépendant du pouvoir qu’il exerce sur les autres. Même si vous êtes vexé, furieux ou blessé, ne lui répondez pas, ne vous remettez pas en question, ne modifiez pas votre comportement. Gardez ces options pour des personnes bienveillantes.

4- Ne lui donnez rien de personnel

L’objectif du PN est de trouver la porte d’entrée qui va lui permettre d’établir sa domination. Essayer de l’amadouer ou de l’attendrir est peine perdue, il ne possède que l’empathie du prédateur, celle qui sert à bien connaître sa proie pour mieux l’attraper. Ne lui confiez rien de votre vie personnelle, de vos états d’âmes, non seulement il ne vous aidera jamais, mais il en profitera. N’avouez jamais une lacune et ne mentionnez jamais une difficulté professionnelle, il finira par s’en servir un jour. Soyez aussi lisse qu’un revêtement en Téflon.

5- Ayez un témoin

Si le PN est votre collègue et qu’il veut vous parler travail, arrangez-vous toujours pour ne pas être en tête à tête avec lui. Demandez à un collègue de se tenir à vos côtés. Cela vous permettra de vous sentir plus fort et réduira les risques de dérapage de sa part. Si le PN est votre chef, vous pouvez aussi vous faire accompagner par un membre du CE ou un représentant syndical. Si cela n’est pas possible, relisez attentivement les points 1, 2 et 3 et … appliquez-les !

6- Evitez le contact

Tenez-vous en strictement aux relations professionnelles. Ce qui signifie limiter vos échanges au factuel et au professionnel. Cela est plus difficile qu’il n’y paraît car le PN a la fâcheuse tendance à essayer de « mouiller » les autres pendant que, lui, reste bien au sec. C’est pour cela qu’il demande sans cesse votre avis, votre feeling, vos idées. Il veut en profiter sans prendre le risque de la décision et des responsabilités. S’il vous demande votre avis en tant que « chef », soyez concis et argumenté. Surtout, ne cédez pas à la tentation de donner votre avis sur telle ou telle personne ou réalisation, il s’en servira contre ces personnes et contre vous. Lui, innocent, n’aura fait que relayer une « information ». Vous le savez mais il faut le garder en tête, le PN est amoral et non fiable par essence.

7- Connaissez vos droits

Il arrive que le PN qui sait pourtant jusqu’où ne pas aller légalement, franchisse la ligne. D’où l’intérêt d’être au courant de vos droits et de ce qu’il peut faire ou ne pas faire. Prenez vos renseignements auprès des représentants du personnel, des syndicats. Et ne laissez rien passer d’illégal.

Enfin, un conseil qui vaut pour toutes les victimes des pervers narcissiques, ne restez pas seul, ne gardez pas le silence. Dépassez votre sentiment de honte, de culpabilité et partagez votre histoire avec les autres. Le PN profite de l’isolement et des émotions qui inhibent ses victimes, ne lui laissez pas le beau rôle.

→ Testez-vous !

Savez-vous vous protéger des manipulateurs ? Les faux amis ou personnes toxiques peuvent vous empoisonner l’existence ! Double problème : on ne les décèle pas tout de suite et se soustraire à une personnalité perverse n’est pas si simple, même si des parades existent. Découvrez si vous savez vous protéger, et comment acquérir des clés de la contre-manipulation !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here